Est-ce que les investisseurs prennent en compte la propriété intellectuelle ?

Peu de doutes en ce qui concerne les brevets, fruits d’une démarche de R&D de longue haleine, qui constituent généralement des actifs de valeur aux yeux des investisseurs. Les choses sont moins nettes en ce qui concerne les marques et les dessins et modèles.

Une étude publiée récemment par l’Office Européen des Brevets pourrait contribuer à faire changer cet état d’esprit :  elle met en évidence, de façon très nette, que les petites entreprises (TPE/PME) qui utilisent à la fois les marques, brevets et dessins ou modèles ont jusqu’à 33 % de chance supplémentaire de devenir une entreprise à forte croissance.

L’étude révèle que les droits de Propriété Intellectuelle (DPI) accroissent la performance des entreprises : 

  • Les PME qui ont protégé leur propriété intellectuelle ont un chiffre d’affaires par employé 68 % plus élevé que celles qui n’en détiennent pas.
  • Les entreprises qui détiennent au moins un brevet, un dessin et modèle enregistré ou une marque déposée génèrent en moyenne un chiffre d’affaires par salarié supérieur de 20 % à celui réalisé par celles qui ne possèdent aucun DPI.
  • Les entreprises détentrices de DPI versent en moyenne des rémunérations 19% plus élevées que les autres entreprises.

Au-delà  de consolider la stratégie d’innovation et de renforcer les barrières à l’entrée, on peut se demander si la propriété intellectuelle aide les entreprises à être plus performantes ou si ce sont les entreprises performantes qui protègent davantage leur propriété intellectuelle… 

A priori, non : cette étude a été réalisée en isolant les effets de la propriété intellectuelle par rapport à d’autres critères tels que le secteur d’activité, la taille de l’entreprise ou le pays. Qu’en pensez-vous ? Prenez-vous en compte les DPI comme critères d’évaluation des entreprises ?

Pour lire le rapport complet, c’est ici.